Article

Journal de création de La Chute, troisième partie

Auteur·trice
Nasim Lootij
Publié le
22 mai 2019
Production
Fondation Jean-Pierre Perreault

Journal de création : La Chute

Numéro 3 / Montréal, le 22 Mai 2019

 

Rencontre avec Sophie Michaud : Intégrer un discours socio-politique dans une chorégraphie

D’un point de vue technique et dramaturgique, comment intégrer un discours socio-politique dans une chorégraphie?  Avec Sophie, nous avons abordé cette question sous l’angle de la qualité fluide dans les mouvements et de la fragmentation du corps.

 

La fluidité du point de vue dramaturgique

 

L’observation des mouvements fluides des poignets et des bras dans les danses iraniennes m’a permis de formuler une proposition : « Et si j’appliquais cette qualité dans les mouvements que je fais avec les autres parties de mon corps ? »

Durant une séance de répétition, quand j’essayais de réaliser l’idée ci-dessus, Sophie  remarque : « Cette fluidité me rappelle le mouvement de la sève dans les xylèmes d’un arbre.»

Ceux qui ont lu mes premiers écrits se souviennent que l’arbre et la sève sont les images centrales de La Chute, qu’ils représentent consécutivement les sociétés humaines et leurs cultures, et que le corps de l’interprète (moi-même) tentera de constituer sur la scène l’image de cet arbre/société.

 

La fluidité du point de vue technique

 

Pour moi, faire des mouvements fluides, quand j’ai les deux pieds au sol, n’est pas difficile. Le problème commence au moment où je contacte le sol avec les autres parties du corps (les mains, les genoux, etc.) et quand j’essaie de transférer le poids du corps entre ces appuis. Dans cette séance de répétition, j’ai essayé d’affronter cette difficulté. Ce faisant, j’ai réussi à isoler les différentes articulations de mon corps ; j’ai évalué leur résistance devant un mouvement fluide ; j’ai connu le poids qu’elles sont capables de porter ; j’ai découvert chez chacune d’elles de nouvelles capacités kinesthésiques.

 

La fragmentation du corps du point de vue dramaturgique

 

Proposition du dramaturge (Kiasa) : Une lampe de poche que je (Nasim) tiens dans une main éclaire les tentatives que les petits fragments de mon corps mènent afin de se redresser. Par fragment, j’entends une main, un coude, un genou ou un pied. Cette proposition, Sophie l’affine :  chaque fois que j’éclaire un petit fragment, la lumière divise mon corps en deux parties : le fragment allumé et le reste du corps. Solide, immobile et porteur de la lumière, ce dernier invite le spectateur à regarder les tentatives que les petits fragments isolés mènent afin de sortir de l’état de mollesse, de vaincre la gravité de la terre et de se tenir debout. En effet, dans cette scène, la petite lampe de poche se transforme en un acteur. Elle joue le rôle que nous (mon dramaturge et moi) jouons dans l’opération de sauvetage de la culture et de l’identité iranienne. Ce rôle, rappelons-le, consiste à projeter une lumière sur l’effort que les grands compositeurs iraniens menèrent, depuis un siècle, en vue d’unir les différentes ethnies iraniennes et de créer une identité commune pour elles. Cette scène nous permet d’intégrer notre discours politique dans notre chorégraphie.

 

La fragmentation du corps du point de vue technique

 

Cette proposition m’inspire maintenant à explorer les différentes capacités kinesthésiques des petits fragments de mon corps. J’essaierai de voir à quel point ils pourront être détendus, à quelle vitesse ils pourront passer de la détente à la tonicité, et de quelles façons ils peuvent s’isoler du reste du corps.

 

Au final, Sophie lie les deux propositions explorées. Elle me propose d’imaginer que la lumière perce mon corps et y voyage comme une matière fluide. Cette image me permettra de créer des mouvements beaucoup plus fluides, de sublimer le poids du corps, et de mettre en valeur la grâce et la légèreté qui sont les deux qualités intrinsèques de la danse iranienne.

 

 

Nasim Lootij

Merci à Lise Gagnon et Kiasa Nazeran d’avoir relu mon texte.

 

Projets

Documentation du projet La Chute

Coproduction

La Fondation Jean-Pierre Perreault présente ici le processus de création de la chorégraphie La Chute, une œuvre conçue par le collectif Vâtchik Danse, formé de Nasim Lootij, chorégraphe et interprète, et de Kiasa Nazeran, dramaturge, deux artistes d’origine iranienne. S’inspirant tout à la fois des…

Évènements

À découvrir aussi

Article

Journal de création de La Chute, deuxième partie

Journal de création de La chute Texte 2 / Montréal / Avril 2019   Rencontre avec José Navas   J’ai eu jusqu’ici deux rencontres avec José Navas, qui est l’un des conseillers artistiques du projet La Chute. Nos discussions ont tenté de répondre à trois...
Article

Journal de création de La Chute, première partie

Journal de création de La Chute Texte 1 / Montréal / Mars 2019 La Chute est un solo de danse contemporaine que nous, le collectif Vâtchik Danse, composé de Kiasa Nazeran, dramaturge, et moi, Nasim Lootij, chorégraphe et interprète, présenterons à Tangente dans le cadre...
Entrevue vidéo

La Chute : La culture comme la sève de l’arbre (extrait)

Création et documentation de La Chute réalisés dans le cadre du programme DémART-Mtl du Conseil des arts de Montréal. Une création du Collectif Vâtchik Danse.

Article

Journal de création de La Chute, quatrième partie

Journal de création : La Chute Numéro 4 / Montréal, le 18 juillet 2019   Dialogue entre la chorégraphe et le dramaturge : là où la structure de la pièce prend forme En vue de renforcer la ligne dramaturgique de notre création et d’insuffler une nouvelle...